Introduction

1 - La composition

2 - L'indifférence laborieuse

3 - Le paysage

4 - Les interprétations

5 - La comparaison avec la tour de Babel

 

 

5 - Comparaison avec la Tour de Babel

 

Les similitudes :

Similitudes thématiques :
- le thème principal, dans les deux toiles, est l'échec de l'orgueil humain.
- un mythe antique est revisité dans un cadre contemporain.

- le refus de prendre cet échec au tragique caractérise dans les deux cas le traitement du sujet.
Similitudes artistiques :
- dans les deux tableaux, la scène est vue depuis un promontoire, qui permet au spectateur de prendre du recul par rapport au sujet.
- les tons dominants sont les mêmes.

Les différences :

- dans la tour de Babel, la tour constitue bien le sujet central. Ici, la présence d'Icare semble anecdotique, le paysage prend la première place.
- dans la tour de Babel, l'échec est à venir, alors qu'il est avéré dans la Chute d'Icare. De plus, si les constructeurs de Babel vont à l'échec, Bruegel prend soin de ne pas les ridiculiser. Il se moque en revanche d'Icare.
- la tour de Babel s'inscrit dans un cadre urbain qui est complètement absent ici. L'échec d'Icare n'est pas compensé par une mise en avant du développement urbain, comme c'est le cas pour Babel. L'orgueil d'Icare s'oppose durement à la paisible indifférence des travailleurs agricoles.
- Bruegel ne condamne pas clairement l'entreprise de Babel, alors qu'il méprise ouvertement l'ambition d'Icare. La différence de contexte (urbain/agricole) suffit-elle à justifier cette différence ou le peintre a-t-il évolué entre 1558 et 1563 ?

 

 

Accueil